Gaëlle Thalmann

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Thalmann.

Gaëlle Thalmann
Image illustrative de l’article Gaëlle Thalmann
Gaëlle Thalmann 2019-2020
Situation actuelle
Équipe Real Betis
Numéro 1
Biographie
Nationalité Suisse
Italie
Nat. sportive Suisse
Naissance (37 ans)
Bulle (Suisse)
Taille 1,70 m (5′ 7″)
Période pro. 2003-
Poste Gardienne de but
Parcours junior
Années Club
1995-2000 FC Bulle
Parcours amateur
Années Club
2000-2002 FC Riaz
2002-2003 FC Vétroz
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2003-2004 Rot-Schwarz Thoune
2004-2006 FFC Zuchwil 05
2006-2008 FC Lucerne
2008-2009 Turbine Potsdam
2009-2010 Hambourg SV
2010-2011 Grasshopper
2011-2012 Lokomotive Leipzig
2012-2014 Torres Calcio
2014-2015 MSV Duisbourg
2015 FC Bâle
2016 ACF Fiorentina
2016-2017 AGSM Vérone
2017-2018 ASD Mozzanica
2018-2019 US Sassuolo
2019-2021 Servette FCCF
2021- Real Betis
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2007- Suisse099 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 17 juillet 2022
modifier Consultez la documentation du modèle

Gaëlle Thalmann est une footballeuse italo-suisse née le à Bulle. Elle évolue au poste de gardienne de but.

Biographie

Les débuts de footballeuse (1986-2003)

Gäelle Thalmann naît le à Bulle[1], d'un père suisse et d'une mère italienne[2]. Elle découvre le football en jouant avec les copains de son quartier[1] et commence à évoluer en club avec le FC Bulle à l'âge de neuf ans, dans une équipe de garçons entraînée par son père[1]. Après des débuts au poste d'attaquante, elle remplace le gardien de l'équipe qui a voulu arrêter[1].

Elle rejoint sa première équipe entièrement féminine à l'âge de quatorze ans[1], alors qu'elle ne connaît rien du football féminin[1]. En , elle intègre l'équipe féminine du FC Vétroz, qui milite en Ligue nationale B, la deuxième division suisse[1], tout en s'entraînant avec les juniors du FC Bulle[3]. La même année, elle reçoit sa première convocation en équipe de Suisse des moins de 19 ans[1],[3].

Les débuts en LNA (2003-2008)

Par ses performances, Gaëlle Thalmann intéresse les clubs de Ligue nationale A (LNA)[3], la première division suisse, et rejoint le club du FC Rot-Schwarz Thoune en [3]. À cause d'une déchirure des ligaments croisés, elle rate toute la deuxième partie de saison[3]. Son équipe est reléguée[3], mais Gaëlle Thalmann trouve une place au FC Zuchwil[3]. Elle décroche un premier titre de championne de Suisse avec le club soleurois[3]. Elle rejoint ensuite le FC Lucerne, qui milite en LNA, en , sans gagner de titre.

À la découverte de la Bundesliga (2008-2012)

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

En 2008, elle tente sa chance en Bundesliga en s'engageant avec le 1. FFC Turbine Potsdam[4], après un test réussi[5]. Dès sa première saison, elle remporte le titre de championne d'Allemagne[6].

Un nouveau titre en Italie

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Après le titre de championne d’Allemagne en 2009 avec Potsdam, Gaëlle Thalmann ajoute, en , le scudetto italien à son palmarès, qu’elle remporte avec son club de Torres Calcio Femminile. Le club sarde fête ainsi son quatrième titre national consécutif[7].

Retour en Suisse

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Le , elle signe au Servette Chênois, club de LNA en Suisse[8]. Elle y décroche le premier titre de l'histoire du Servette en 2021[9].

Départ pour l'Espagne

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Le , elle rejoint le Real Betis Balompié[10].


Notes et références

  1. a b c d e f g et h Munier 2012, p. 43.
  2. Valentin Castella, « Le nouveau défi de Gaëlle Thalmann », La Gruyère,‎ , p. 13 (lire en ligne, consulté le ).
  3. a b c d e f g et h Munier 2012, p. 44.
  4. Pascal Dupasquier, « «Je me suis rapprochée du numéro un» », La Liberté,‎ , p. 21 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Munier 2012, p. 45.
  6. Thibaud Guisan, « Gaëlle Thalmann raconte la Bundesliga au féminin », La Gruyère,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le ).
  7. Pascal Dupasquier, « La Bulloise Gaëlle Thalmann est devenue championne d’Italie! », La Liberté,‎ , p. 23 (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  8. Jonathan Tunik, « Gaëlle Thalmann signe au Servette FCCF », sur servettefc.ch, (consulté le ).
  9. « Women's Super League: les Servettiennes fêtent leur 1er titre de championnes de Suisse », sur rts.ch, (consulté le ).
  10. « Football: Gaëlle Thalmann rejoint le Betis Séville », sur rts.ch, (consulté le ).

Bibliographie

  • Nicolas Munier, « Telle une lionne en cage », Sharkfoot webzine, no 8,‎ , p. 43-45 (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes

  • Ressources relatives au sportVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • FBref
    • Football.it
    • (de) Soccerdonna (joueuses)
    • (mul + id) Soccerway
v · m

v · m

v · m

  • icône décorative Portail du football
  • icône décorative Portail du canton de Fribourg